Kevin Parker, de Tame Impala à la conquête du monde

Avide de sang neuf, Kevin Parker a fini par s’émanciper de la galaxie Tame Impala pour aller frotter ses idées au sein de la pop mainstream et traduire en langage populaire les intentions les plus avant-gardistes.

L’explostion médiatique avec « Lonerism ». S’il fallait retracer la formidable ascension de Tame Impala, et donc de Kevin Parker, ces dernières années, il faudrait remonter à la sortie de « Lonerism » en 2012. C’est avec cet album, leur deuxième, que les Australiens posent les bases d’un son reconnaissable entre mille, fait d’ornementations psychédéliques, de voix pitchée à la John Lennon et de guitares diaphanes (on simplifie, mais à peine). Un son, et c’est là tout le génie de Parker, que Tame Impala a su reproduire lorsqu’il se lançait dans des reprises de Blue Boy (Remember Me), d’Outkast (Prototype) et, surtout, de Michael Jackson (Stranger In Moscow). Une relecture qui a fait le buzz et considérablement élargi la fan base de ce fabuleux passeur, influencé aussi bien par Todd Rundgren et Pink Floyd que par… Britney Spears.

Le sens du partage. Depuis le début des années 2010, Kevin Parker semble avoir toujours été au bon endroit au bon moment, témoin d’un monde qu’il cherche systématiquement à précéder, à surprendre. Visiblement hostile à la stagnation et aux petites habitudes, l’Australien a ainsi largement contribué à l’éclosion de petits Frenchies talentueux (Melody’s Echo Chamber, Discodeine, Moodoïd). À l’internationale, on l’a également vu entamer en 2014 une étonnante collaboration avec Mark Ronson. Sur l’album solo de ce dernier (« Uptown Special »), mais aussi sur le disque d’autres pop-stars, à l’image du Perfect Illusion, composé à quatre mains pour une Lady Gaga toute fière de pouvoir se rattacher à la cause indie.

Et maintenant : le monde est à ses pieds. Preuve en est que Kevin Parker compte désormais dans l’industrie musicale, ses chansons influencent jusque dans les hautes sphères de la pop. The Flaming Lips, avec qui Tame Impala a longtemps tourné, a repris Runway, Houses, City, Clouds, Arctic Monkeys s’est approprié Feels Like We Only Go Backwards et Rihanna (oui, Rihanna) est allée jusqu’à sampler New person, Same Old Mistakes sur son dernier album. Comme quoi, ce bon vieux Parker n’en a pas fini d’offrir à la pop music tout un tas de pistes à suivre.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS