Aphex Twin signe le plus puissant retour sur scène de l’année

Huit ans sans concert aux États-Unis, onze écrans géants, « Moby le bouffon »... Tiens tiens, on a enfin des nouvelles d’Aphex Twin.

Technologic. Pour sa deuxième édition, le jeune festival Day For Night, combinant installations numériques et musique, a vu les choses en grand à Houston. The Jesus and Mary Chain, Run, Blood Orange, John Carpenter, Little Dragon, Kamasi Washington, Ariel Pink, Oneohtrix Point Never y ont, entre autres artistes internationaux, proposé des shows technologiquement augmentés le weekend du 17 et 18 décembre. Mais le plus bluffant, d’après la presse, reste celui d’Aphex Twin.

Où est Aphex ? Cela faisait huit ans que Richard D. James n’était pas monté sur scène. Après un album (« Syro », 2014) et deux EP (« Computer Controlled Acoustic Instruments pt2 » en 2015 et « Cheetah » cet été), le Britannique le plus mystérieux de Warp n’avait pas donné de nouvelles IRL, sinon en jouant à des jeux de pistes promotionnels ou en donnant des interviews à couteaux tirés. Bref, on ne savait pas si le casanier AFX rejouerait un jour devant une audience.

Fat comeback. Le concert de ce weekend prouve que si. Des lumières qui sabrent l’espace. Un set qui voyage entre hypnose, angoisse et beat brutalement acid… L’homme est bel et bien de retour, dans une configuration plus musclée que jamais : pas moins de onze écrans géants ont servi de backdrop pour diffuser ses glitch de propagande, en partie déclinés de l’artwork du trailer ci-dessous. Des images d’amateurs ont garni Instagram et, en effet, Richard a la folie des grandeurs.

Aphex Twin dance party in the rain. #dayfornight #aphextwin #houston @dayfornightfest

Une vidéo publiée par Michael (@imichael) le

Cadeau Bonux. Période oblige, AFX en a profité pour sortir avec le festival un 12 pouces en édition limitée qui rendra votre sapin de Noël hallucinogène, même s’il est en plastique. Drôle de retour pour Richard James, alors que nous parlions de lui justement quelques jours avant son comeback… Enfin, c’était Moby qui en parlait et il nous rappelait justement que l’homme était du genre mutique et… qu’il le traitait de bouffon. « Difficile de continuer à l’avoir à la bonne, quand j’ai appris qu’il me désignait en ces termes. » Nous on t’aime encore Aphex.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS