Faudra-t-il obligatoirement être vacciné pour retourner en concert ?

Le 29 avril, Manu Macron présentait un plan progressif de déconfinement. Celui-ci permettait notamment aux salles de concert d’y voir enfin plus clair, avec de vraies dates annoncées. Mais ce plan semble également confirmer qu’il faudra un pass sanitaire pour y retourner. Pour être en règle, il faudra donc être vacciné, immunisé ou bien présenter un test négatif de moins de 48 heures.

Ça se précise. On connaît enfin les grandes lignes du déconfinement progressif du pays. Bien sûr, tout ceci doit encore être précisé par Jean Castex (la semaine du 10 mai, selon l’Élysée), et surtout, cela reste soumis à une évolution stable de la situation sanitaire. Mais les premières informations laissent bien entrevoir une réouverture des salles de concerts. Première étape le 19 mai, avec un public assis jusqu’à 1000 personnes en extérieur, et 800 en intérieur, en respectant tous les gestes barrière. Macron semble donc avoir abandonné l’idée d’un pourcentage de la jauge de chaque salle (ou parlait de 35 %, puis 60 % de la jauge). Cette première date marque aussi un décalage du couvre-feu à 21 heures, ainsi que la réouverture des terrasses, cinémas, musées et théâtres.

Pour voir plus grand, il faudra attendre le 9 juin. À partir de là, le couvre-feu passera à 23 heures, et les événements pourront accueillir jusqu’à 5000 personnes. Enfin, à partir du 30 juin, il n’y aura aucune limite de jauge, et plus de couvre-feu. S’il est clairement dit que les boîtes de nuit resteront fermées, rien n’est clairement précisé pour la tenue de concerts debout, ou pour les festivals (on ignore si la configuration de 5000 personnes assises est encore d'actualité). Si le Premier ministre pourra sans doute apporter des précisions la semaine prochaine, il est possible que l’exécutif attende également les résultats du concert-test, dont une date est enfin fixée au 29 mai. Il y a tout de même de quoi se demander si les nombreux reports du projet ne lui font pas perdre tout son sens. En effet, les autres pays européens ont déjà mené de nombreuses expérimentations, dont le test mené à Barcelone avec 5000 personnes debout, avec aucun cluster à la clef.

Mais ce qui va sûrement susciter la controverse, c'est la nécessité affichée d’un pass sanitaire pour rejoindre les événements à plus de 1000 personnes (à partir du 9 juin, donc). Comme l’explique le site de l’Élysée : « Il ne serait pas obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas. Il pourrait cependant être nécessaire dans des lieux où se brassent des foules comme des festivals ou stades. »

Contrairement à ce que beaucoup semblent penser, ce pass ne sera pas uniquement soumis à la vaccination. En réalité, il y a trois possibilités pour l’obtenir : la vaccination, donc, mais aussi une immunité acquise, pour ceux ayant déjà contracté le virus, et surtout un test PCR négatif datant de moins de deux jours. Le gouvernement contourne ainsi le caractère discriminant d’un tel pass, puisque ces tests sont gratuits et accessibles à tous. Par ailleurs, il aurait été étrange d’exiger une vaccination dès le 9 juin, alors que celle-ci ne sera accessible que le 15 juin pour les personnes ayant entre 18 et 55 ans.

Ce pass pourra être disponible sur papier, ou bien via l’application TousAntiCovid, qui permet déjà de télécharger le résultat de son test PCR. En attendant d’être vacciné, il faudra donc être bien prévoyant pour aller à son concert (et espérer que le test sera bien négatif). Pour les organisateurs de concert, ce genre de nouvelles doit avoir de quoi être rassurant. Le festival des Nuits de Fourvière a même annoncé, dans la foulée de sa programmation, l’obligation de se munir d’un tel pass. Beaucoup d’entre eux, dont le Prodiss, syndicat du spectacle privé, étaient favorables à un tel sésame, avec plus ou moins d’enthousiasme. Même si, manifestement, cette décision a été prise sans eux, et qu’ils désormais ont à peine plus d’un mois pour s’organiser en conséquence.

Peut-être le plus difficile sera-t-il de convaincre le public du bien-fondé de ce pass, et de la sécurité qu’il assure au niveau des données personnelles. On peut également imaginer que demander un tel pass permettra de rassurer ceux qui auraient peur d’être contaminés durant ces événements. Bref, on ne sait pas encore si ce pass sera un outil bénéfique à la reprise, ou au contraire un obstacle.

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK.
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail.

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins.
    CONTACTEZ-NOUS