Comment un concert de yodel a fait exploser le Covid-19 en Suisse

L’événement, qui a eu lieu fin septembre devant 600 spectateurs qui n’étaient pas obligés de porter le masque, serait responsable de la montée en puissance du virus dans le canton montagneux de Schwyz. Pire, la région serait devenue l’un des plus gros clusters d’Europe.

Ce n’est pas tous les jours que l’on peut parler de yodel. Déjà parce qu’avec l’accordéon, il faut être né dans les montagnes pour vraiment l’apprécier. Et parce que cette technique de chant, emblématique des montagnes suisses, n’a aucune raison de faire la une de l’actualité. Enfin, sauf quand un rassemblement de fans devient, selon Le Figaro, l’un des pires clusters d’Europe. 

Au milieu du mois de septembre, le canton de Schwytz recense environ 500 cas. L’épidémie est plus ou moins sous contrôle. Mais fin septembre, une troupe de yodleurs se donne en concert et réunit 600 personnes n’étant pas obligées de porter le masque. Au sein du groupe, plusieurs personnes ont le Covid-19 mais ne l’apprennent que plus tard. Le concert a donc lieu. Résultat : 1238 cas sont confirmés à la mi-octobre, soit plus du double qu’un petit mois auparavant. 

« Ce qui s'est passé avec ce groupe de yodel, on n'y peut rien. On a appris neuf jours après les représentations que plusieurs personnes de l'ensemble étaient contaminées », s’est fendu l'organisateur de l'événement, Beat Hegner, à la télévision suisse publique RTS. « Il est temps de réagir. Actuellement l’explosion du nombre de cas à Schwyz est l’une des pires de toute l’Europe », a insisté Reto Nüesch, médecin chef de l’hôpital Franziska Föllmi. N'oublions pas, au passage, la fameuse phrase du ministre de la Santé suisse Alain Berset sur le virus : « Il faut agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire. »

Cette situation montre aussi que les musiciens semblent particulièrement exposés au virus. Comme l’expliquait Colin Furness, expert en épidémiologie des maladies infectieuses de l'université de Toronto, dans cet article, « chanter en groupe implique généralement de rester dans une pièce fermée pendant une période prolongée. […] Pour cette raison, je dirais que le chant de groupe est extrêmement risqué. » Une troupe de yodleurs positive au Covid-19 qui s’en donne à cœur joie peut donc avoir des effets dévastateurs sur toute une région. Bref, le retour à la normale, ce n’est pas encore pour le « monde de demain ». 

On vous laisse avec deux références du milieu pour améliorer vos compétences en yodel : Franzl Lang et Melanie Oesch. 

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK.
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail.

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins.
    CONTACTEZ-NOUS