Qui es-tu Molly Burman, toi la petite sœur de Lily Allen ?

La Londonienne de 19 ans, qui a écrit ses premières chansons à l’âge de 6 ans, a baigné dans un environnement musical qui l’amène aujourd’hui à poursuivre cette carrière. Son accent et son style font inévitablement penser à une autre londonienne : Lily Allen.

On refait l'arbre généalogique. Le grand-père était un musicien et compositeur de jazz très respecté, qui a dirigé le London Vintage Jazz Orchestra. La maman, chanteuse pour Shane MacGowan, leader de The Pogues. Le daron ? Il a joué dans le groupe Chiefs of Relief aux côtés de Paul Cook (membre des Sex Pistols) et Matthew Ashman (membre du groupe new wave Bow Wow Wow). La fille ? Bah elle suit le mouvement, forcément.

Elle a grandi dans une maison où la musique est omniprésente. Dès qu’elle sait écrire, Molly commence à pondre ses premières chansons, utilisant l’art et la musique comme une forme d’expression. À l’adolescence, elle parvient à enregistrer ses premières compositions (Happy ThingsDon't Know How To Feel About That) et fait ses gammes comme n’importe quel ado gaga de musique, Internet offrant une multitude de possibilités pour la partager. À 19 ans, fraîchement signée sur le label PIAS, la jeune femme commence les choses sérieuses. Elle vient de sortir le premier single d’une série de morceaux prévus pour 2021 (voir le clip ci-dessous). 

Le titre s’intitule Fool Me With Flattery, écrit après une journée à être ignorée par des hommes. Le genre masculin en prend donc pour son grade : « Ne me rabaisse pas garçon. Étonnamment, mon cerveau fonctionne assez bien seul »; « Je ne suis pas ta chérie, tu ne peux pas me manipuler avec des flatteries, mais tu peux te ridiculiser ». 

On retrouve chez Molly ce qui a fait, d’une manière, le succès de Lily Allen : une ironie édulcorée, enveloppée dans de fausses douceurs, un accent assumé sans en faire des tonnes, une écriture profonde sans être frontale et une envie d’utiliser la pop comme un médium pour aborder des thèmes variés (le monde d’aujourd’hui, sa vie, le féminisme, le patriarcat, les histoires d’amour, etc.). Banal, mais toujours efficace. Derrière des mélodies presque naïves et dansantes, Molly tacle donc la société et remet la place des femmes au centre des débats. Les prochains titres que l’artiste compte distiller au cours de l’année devraient permettre de mieux cerner Molly, qui navigue dans les codes de la pop sans brassard. Et qui semble est déjà assez rodée pour éviter la noyade. 

Un premier EP est aussi prévu pour cette année. 

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK.
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail.

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins.
    CONTACTEZ-NOUS