Plus Terminator que jamais, The Chemical Brothers fait son come-back avec un clip parfait

Avec le clip de « Free Yourself », Ed Simons et Tom Rowlands rappellent au moins deux choses : qu'il est encore possible de proposer des clips inventifs et que la puissance dévastatrice de leur musique est faite pour traverser les époques.

À bout de souffle ? En 2015, lorsqu’est sorti « Born In The Echoes », on ne va pas se mentir, on n’était pas forcément convaincu par ces mélodies qui avaient visiblement pris trop d’acides et n’avaient plus la force de danser – ou pire, de faire danser. Mais The Chemical Brothers est un groupe trop important pour le mettre aussi facilement de côté, d’autant que quelques sons venaient sauver la mise : Reflexion et I’ll See You There, où Ed Simons et Tom Rowlands interpellaient l’auditeur et donnaient rendez-vous dans quelques années (« Le futur, je te verrai là-bas », y répétaient-ils avec insistance).

« Free yourself, free us, dance! ». Trois ans plus tard, on est à peine plus enthousiaste à l’écoute de Free Yourself, mais le clip, lui, passionne. Par son ambition, son propos et sa mise en scène. Au programme : l’émancipation des robots, une référence à Sophia, le premier robot de l'histoire à être doté d'une intelligence artificielle, des clins d’œil à l’œuvre de Neil Blomkamp (District 9, Chappie) ou encore des chorégraphies complétement dingues, qui collent parfaitement avec la folie dévastatrice de The Chemical Brothers. Celle que le duo mancunien façonne depuis ses débuts en 1989, que ce soit en studio, où Ed Simons et Tom Rowlands continuent de se rendre tous les jours, ou sur scène où leur puissance sonore incite à la transe.

Humains après tout. The Chemical Brothers ne se limite toutefois pas à de petites bombes explosives, dénuées d’intentions mélodiques. C’est au contraire un groupe qui a toujours su séduire la pop indé comme le rock avec des duos séduisants (Noel Gallagher, The Charlatans, Klaxons, New Order, etc.), qui n’a jamais cessé de produire (à l’image de C-H-E-M-I-C-A-L, publié en novembre 2016, ou de I Never Asked To Be Your Mountain, en duo avec Beth Orton) et qui ne semble n’avoir rien perdu de sa fougue créative avec l’âge. Il y a quelques semaines, aux Inrocks, Tom Rowlands annonçait même l’arrivée d’un nouvel album, « sauvage, brutal, radical mais détendu… ». On sera là pour l’écouter.

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS