Le "Station to Station" de Bowie a 45 ans : histoire d'un chef-d'œuvre sous défonce

On y est : le classique de David Bowie “Station to Station” fếte ses 45 ans. Ce disque publié le 23 janvier 1976 fut conçu dans un contexte bien particulier : la consommation quotidienne de drogues dures du chanteur dictait alors ses moindres faits et gestes et cela a contribué, entre autres, à faire de cet album un sommet.

Alors qu’il sort de plusieurs mois de tournage pour le film L’Homme qui venait d’ailleurs au Nouveau Mexique, Bowie décide à l’été 1975 de retourner s’installer à Los Angeles pour enregistrer ce qui deviendra “Station to Station”. Seul problème, avec toute la cocaïne qu’il s’enfile à longueur de journée, le Londonien ne se rappelle d’aucune séance de studio précédant la sortie de l’album, tout en étant constamment pris de crises de paranoïa. Ça commence mal.

Une grande partie de ma vie à cette époque, je ne m’en souviens pas. Du coup, quand je réécoute “Station to Station”, j’ai l’impression que c’est le disque de quelqu'un d’autre”, balançait Bowie à Q Magazine en 1997. On peut donc aisément affirmer que l’Anglais avait bel et bien touché le fond à l’époque ; les seules informations disponibles sur la construction de cet album émanent de l’entourage du chanteur, plutôt que de lui-même.

L’enregistrement de “Station to Station” s’est fait extrêmement rapidement, en seulement trois mois entre septembre et novembre 1975. En même temps, on rappelle que le disque ne contient que six titres. Selon Harry Maslin, le producteur de Bowie de l’époque, les séances de studio commençaient généralement à 23h, se terminaient au plus tôt à 8h du matin et pouvaient durer jusqu’à 36h de suite. Avec ce nouvel album, Bowie en profite pour se créer un nouveau personnage : The Thin White Duke (littéralement “le mec blanc mince”). On se demande bien pourquoi son apparence physique est devenue ainsi… Selon le chanteur en personne, il pèse alors 40 petits kilos.

Il aura fallu plusieurs années à Bowie pour réussir à se confier sur son addiction à la cocaïne : “Si vous voulez vraiment perdre tous les amis qui vous sont chers, c’est la drogue avec laquelle vous pouvez le faire. La cocaïne coupe tout lien que vous avez avec un autre être humain", déclarait-il en 1993. Forcément, il regrette cette période sombre de sa vie et selon lui, s’il a réussi à se sortir de cette terrible addiction, c’est grâce à l’aide de... Dieu. Sur “Station to Station”, on retrouve d’ailleurs le morceau Word On A Wing où Bowie demande le pardon du Seigneur pour tous ses péchés.

Dans une période de flou total, Bowie sort “Station to Station” le 23 janvier 1976 à la surprise générale. C’est seulement après la sortie de l’album et pendant la tournée qui suivra que David arrivera à s’extirper de la coke et à retrouver une vie (plus ou moins) normale.

“Station to Station” a eu droit à une version remasterisée en 2016 que vous pouvez retrouver juste en-dessous.

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK.
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail.

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins.
    CONTACTEZ-NOUS