Que vaut « J.O.$ », le premier album de Josman ?

Après trois mixtapes, le rappeur a sorti son premier album le 14 septembre. L'occasion pour lui de mettre quelques gifles au rap français.

Sourcils froncés, torse bombé. Voici comment Josman s'est présenté face au rap game français, avec la sortie de « J.O.$ ». Malgré son statut de jeune loup, on sait le rappeur originaire de Vierzon est capable de lâcher « 32 mesures pour fermer ta gueule », comme il le prétendait dans son morceau MEGAZORD. Il l’a prouvé, au fil des 16 titres de son premier album. 

De l’outrecuidance, avec Sourcils Froncés, à une cupidité assumée dans Jeune N****, sans oublier l'acceptation d'une sale routine, à l’image du morceau Ce soir j’achèterai un flash, où il admet avoir « besoin que son cœur se lâche », Josman livre un opus au charisme rare mais, surtout, à la sincérité pure.

Il a grandi. Lui qui, avec sa mixtape « 000$ » donnait encore l'impression de se chercher, alternant entre la casquette de rappeur spécialiste des bangers trap et le béret de poète qui écrit ses textes à la plume d'autruche, s'est trouvé. Dans « J.O.$ », la loghorrée de José Nzengo, de son vrai nom, est parfaitement orchestrée. L'album s'écoute d'une traite, dans l'ordre, afin de suivre les tribulations du rappeur qui chante ses qualités comme ses défauts.

Agilité. La qualité que Josman propose avec « J.O.$ » est-elle vraiment surprenante ? Pas vraiment. « Les vrais savent », comme dirait l’autre. Voilà un moment que le jeune rappeur possède les faveurs des puristes, qui vont jusqu’à le considérer comme un Kendrick Lamar français - à l’image du morceauVanille où les similitudes avec le bagou de K-Dot sont frappantes.

Là où Josman se démarque, c’est que, lui, n’a pas brûlé les étapes. En 2013, à 21 ans, il devenait le roi d’End Of The Weak, l’une des compétitions les plus acharnées d’improvisation de rap, qu’il surplombait de par sa verve aiguisée et son vocabulaire riche. Après s’être construit une petite fanbase solide, il sortait les EP « Echecs positifs » en 2015 et « Matrix » en 2016. Hyperactif, il a renchéri en 2017 avec « 000$ ».

Jusqu’à, donc, nous offrir « J.O.$ » aujourd’hui. Tout vient à point à qui sait attendre. Josman a fait preuve d'une patience rentable, car le voilà désormais tranquillement installé sur l’échiquier du rap français. Et il fait tomber des têtes.

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS